Contrôle de l’humidité dans les entrepôts d’emballage

Comme nous le savons tous, l’un des principaux problèmes des emballeurs est la corrosion des boîtes de conserve.

La corrosion de l’acier est un phénomène bien connu, mais dans le domaine de l’emballage, elle est inquiétante car, dans le meilleur des cas, elle entraîne un rejet commercial par les distributeurs et les consommateurs.

Anuncios

Nous savons qu’il est pratiquement impossible pour un conteneur en acier avec un vernis extérieur, qui doit être protégé des agressions extérieures, de conserver la pellicule de vernis intacte après la manipulation et le traitement des conteneurs, en raison du fait qu’ils subissent des frottements et des chocs entre eux lors des différentes opérations de fabrication et de traitement.

Si les conteneurs sont correctement traités, aucune corrosion externe ne devrait apparaître malgré ces agressions externes inévitables, mais dans de nombreux cas, des corrosions apparaissent et nous devons savoir comment les éviter aux différents points où elles peuvent apparaître.

Ils se produisent le plus souvent dans les entrepôts de produits finis, et le contrôle de l’humidité ambiante dans ces entrepôts est l’un des principaux facteurs à maîtriser pour éviter la corrosion.

L’air ambiant contient toujours de la vapeur d’eau. Sous l’influence des éléments climatiques, et de leur variation, cette vapeur d’eau provoque divers phénomènes tels que :

  • Corrosion électrochimique, rouille, inhibiteurs de corrosion
  • Hydrolyse de certains produits.
  • les accidents électriques (courts-circuits, mauvais contacts, etc.)

A l’intérieur des emballages et des entrepôts, la condensation est essentiellement due aux baisses de température, qui entraînent une dépression de l’atmosphère intérieure, favorisant l’entrée d’air humide provenant de l’extérieur.

Les causes des hausses et des baisses de température sont diverses et peuvent être causées par : Variations jour-nuit ou saisonnières. les variations climatiques (par exemple pendant le transport) ou les variations dues à la proximité d’équipements générateurs de chaleur intermittents (par exemple, démarrage et arrêt des moteurs, climatiseurs, etc.) ou à l’humidité (par exemple, apports de vapeur humide provenant des usines de production, etc,)

L’expérience a montré que des phénomènes nuisibles se produisent lorsque l’humidité relative intérieure dépasse 30 % d’humidité à une température de 18°C. Il est donc essentiel de contrôler l’humidité ou du moins de prévoir les moyens nécessaires pour éviter la formation de phénomènes tels que ceux mentionnés ci-dessus.

Pour fixer l’humidité, on utilise un agent déshydratant capable de l’absorber et de la retenir. Le déshydrateur ne doit pas être nocif et ne doit pas détériorer le matériau ou le produit qu’il est destiné à protéger. Pour une utilisation pratique, le déshydrateur est emballé dans des sachets de papier ou de tissu perméables.

DEGRÉ HYGROMÉTRIQUE. –

Le degré hygrométrique, ou humidité relative, de l’air est défini par le rapport entre la quantité de vapeur d’eau présente dans l’air à une température donnée et la quantité maximale qui sature l’air à la même température. Il est généralement exprimé en pourcentage.

Anuncios

Par exemple : à 25°C, l’air saturé (100 % d’humidité relative) contient 23 g d’eau par m3. À la même température et avec une humidité relative de 50 %, un m3 d’air ne contient que 11,5 g (logiquement, la moitié).

Il s’agit du point de rosée, la température « Tr » à laquelle l’air doit être refroidi pour voir apparaître la première goutte d’eau condensée.

L’humidité relative de l’air à la température « Tr », ou point de rosée, est de 100 %.

Par exemple, un air contenant 23 g d’eau par m3 à 38°C peut être refroidi à 25°C, température à laquelle il sera saturé et les premiers signes de condensation apparaîtront.

Plus la teneur en vapeur d’eau est élevée ou plus la chute de température est importante, plus le risque de condensation est grand.

Exemple : A une température de 35ºC, 1 m3 d’air contient :

  • 7,88 g de vapeur d’eau à 20 % HR
  • 19,8 g de vapeur d’eau à 50 % d’HR
  • 29,5 g de vapeur d’eau à 75 % HR

Avec ces quantités de vapeur d’eau, la condensation se formera si la température descend en dessous du point de congélation :

  • 7ºC pour un poids de vapeur d’eau de 7,88 g (chute de 28ºC)
  • 23ºC pour un poids de vapeur d’eau de 19,8 g (baisse de 12ºC)
  • 30ºC pour un poids de vapeur d’eau de 20,5 g (chute de 5ºC)

DES AGENTS DÉSHYDRATANTS.

Les déshydrateurs sont des produits qui, lorsqu’ils sont utilisés dans certaines conditions, absorbent l’excès de vapeur d’eau enfermé dans l’emballage.

Les déshydrateurs doivent répondre aux normes suivantes :

  • NF H 00320 Norme française
  • MIL D 3464 American Standard
  • DIN 55473 Norme allemande

UNITÉ DE DÉSHYDRATATION.

L’unité de déshydratation française, DU est la quantité de déshydratant capable d’absorber à une température de 20 ± 3°C, l’une des humidités suivantes :

  • 100 g de vapeur d’eau à une humidité relative de 40 %.
  • 80 g de vapeur d’eau à une humidité relative de 30 %.
  • 60 g de vapeur d’eau à une humidité relative de 20 %.

L’unité de déshydratation française (1 DU) est légèrement supérieure à 16 unités américaines (MIL D 3464) et 16 unités allemandes (DIN 55733).

TABLEAU CLIMATIQUE

Dans ce tableau I, la température sèche ambiante est spécifiée dans la colonne de gauche. En haut, le % d’humidité relative est affiché par pas de 10 %.

Pour chaque température, et % d’HR, la quantité d’eau contenue dans l’air dans ces conditions est donnée en gr d’eau/m3 dans le tableau correspondant.3 d’air (en haut) et la température à laquelle cet air devient saturé, atteignant ainsi le point de rosée et la condensation de l’eau. Ainsi, par exemple, pour une température sèche de 25°C et une HR de 50%, l’air contient 11,52 grammes d’eau/m³ et la température à laquelle cette eau se condenserait serait de 14°C, c’est-à-dire que si la température baisse de 11 degrés, la condensation pourrait commencer. En revanche, si l’humidité relative était de 80 %, l’air contiendrait 18,43 grammes d’eau par m³, et cette eau se condenserait à 21ºC, c’est-à-dire que seule une baisse de température de 4ºC provoquerait un début de condensation.Sachant cela, il est nécessaire de contrôler la température et l’humidité dans les caves et dans l’emballage des conteneurs, afin de connaître les conditions disponibles, et ainsi mettre des moyens pour éviter la condensation sur les conteneurs et les problèmes de corrosion, qui provoquent des rejets sur le marché, et donc des pertes économiques considérables.

Anuncios

Il existe aujourd’hui des équipements qui mesurent la température et l’humidité en continu ou à certains intervalles de temps, et beaucoup d’entre eux proposent un logiciel qui indique le risque de condensation de l’humidité (ou point de rosée), ce qui rend relativement facile le contrôle de ce type de problème dans les entrepôts.

DATALOGGER

Il existe aujourd’hui des appareils de mesure en continu de l’humidité relative et de la température, avec téléchargement sur ordinateur, qui, pour moins de 100 euros, stockent ces informations pendant plusieurs mois en fonction de la fréquence de mesure fixée, et qui, dans de nombreux cas, disposent même d’un logiciel permettant d’analyser les données et d’évaluer le risque de condensation dû au point de rosée.

José Fco. Pérez Gómez

Conseiller Mundolatas

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.