L’un des problèmes qui apparaît généralement dans la fabrication des fermetures est le changement de certains des éléments qui composent la spécification technique d’une fermeture, car cela peut provoquer des inadéquations qui affectent sa qualité finale et son comportement dans le processus d’assemblage au récipient et son comportement par rapport aux différents produits utilisés dans le processus de mise en conserve.
Il est donc nécessaire d’établir un système d' »homologation » pour l’évaluation des couvercles nouvellement fabriqués, afin d’éviter les différences de performance qui peuvent affecter les conditions d’utilisation ou leur utilisation finale.

1. ASPECTS TECHNIQUES À PRENDRE EN COMPTE
La première chose à considérer est les différents aspects techniques qui peuvent affecter le comportement des couvercles.

Anuncios

ÉPAISSEUR : Variation en plus ou en moins de l’épaisseur nominale au-delà des tolérances établies.
– DURETÉ :
– Changement du Temp, passant à une valeur inférieure, selon la norme européenne en vigueur.
– Modification de la limite élastique du matériau de plus de 50 Mpa.
– DESIGN :
– Modification de la répartition et/ou des dimensions des différents composants du lambris.
– Modification de la conception de la bride du couvercle.
VERNIS : Modification des caractéristiques des applications de vernis ou utilisation de nouvelles applications de vernis non utilisées précédemment.
COMPOSITE : Modification du type ou des caractéristiques ou du poids appliqué du caoutchouc utilisé.
Dans chacun des cas ci-dessus, nous devrons appliquer une méthodologie d’analyse différente, avant le démarrage de la production en série.

1.1. OPÉRATIONNEL POUR LES CHANGEMENTS D’ÉPAISSEUR, DE DURETÉ ET DE CONCEPTION
Les aspects à contrôler pour les changements proposés dans la nouvelle conception sont les suivants :

– MÉTROLOGIE. – Effectuer le contrôle métrologique des dimensions susceptibles de changer avec la nouvelle conception. Pour ce faire, un profil doit être réalisé dans le nouveau matériau aux extrémités de chacune des filières.
Si le changement concerne l’habillage du couvercle, il convient de vérifier les ajustements du mandrin de verrouillage (dimensions et PASS – NO PASS) et, le cas échéant, s’il existe un obstacle entre la conception des mandrins et la conception établie de l’habillage.
Si la modification concerne la bride (ou la cuvette du couvercle), il convient également de réaliser un processus de scellement et une étude dimensionnelle pour voir comment les modifications proposées affectent l’étanchéité du scellement, et aussi pour évaluer si l’utilisation des couvercles dans l’alimentation des scelleuses est affectée.
– RESISTANCE. – Etude de la résistance mécanique du couvercle modifié, pour évaluer la pression de non-retour (NRP) ainsi que la pression de pointe (PP).
– FERMETURES. – Évaluer statistiquement les changements de dimensions des différents composants de la fermeture, en évaluant également les éventuels défauts internes qui apparaissent centrés sur le crochet du couvercle. doit être effectuée sur un nombre suffisant de 50 essais pour chacune des filières effectuant les modifications, afin de pouvoir établir une étude statistique des résultats, en évaluant des aspects tels que la dispersion et la capacité de la machine, afin de maintenir les résultats dans les limites établies.

1.2.OPÉRATOIRE POUR LES CAS OÙ LE CHANGEMENT NE CONCERNE QUE L’APPLICATION DU VERNIS.
Nous évaluerons les effets qui affectent la résistance physique et chimique des vernis :

FORCE PHYSIQUE : Les aspects fondamentaux du comportement du vernis, tels que la dureté, l’adhérence, la porosité et la flexibilité, doivent être évalués en évaluant ces aspects avant et après un passage à l’autoclave pendant au moins 60 minutes à 121°C (≅1 Atm).
– RÉSISTANCE CHIMIQUE : Nous devons évaluer le comportement du vernis face à la vapeur et aux liquides simulateurs à base de sel, dans différents acides organiques (acide citrique, acide acétique et/ou acide lactique) et dans les produits sulfureux, en évaluant son comportement par rapport à des bouchons similaires avec les vernis normalement utilisés, après un processus de stérilisation.
En fonction de l’importance du changement et de la confiance que nous avons dans les différents simulants de liquide utilisés, nous devrions étendre l’homologation au remplissage de récipients avec ces nouveaux couvercles et différents produits emballés, en procédant à un processus de vieillissement dans un four à 37-40ºC et en évaluant le comportement dans les ouvertures sur différentes périodes de temps. Ce système implique un temps d’évaluation plus long, car la nouvelle application de vernis ne peut être mise en production avant que l’ensemble du processus ne soit terminé.

Anuncios

Image de gauche : La formation de cloques dans les zones affaiblies du revêtement en raison d’une attaque acide.

Image de droite : Taches de sulfuration sur le test d’approbation du vernis.

1.3.OPÉRATION C : POUR LES CAS DE REMPLACEMENT DU CAOUTCHOUC
Pour un nouveau caoutchouc, comme dans le cas des vernis, nous devons évaluer les aspects de résistance physique et de résistance chimique.

FORCE PHYSIQUE : Le principal aspect à considérer est l’adhésion au métal ou au vernis de la couverture. Il est nécessaire que le caoutchouc adhère à la surface intérieure du couvercle, afin qu’il ne bouge pas ou ne se détache pas pendant le processus de scellement, pour lequel il faut s’assurer qu’une fois qu’il a séché selon les conditions du fabricant et au moins 72 heures après l’application, le caoutchouc ne se détache pas facilement. Il est nécessaire de vérifier la bonne répartition (sans grumeaux ni monticules) dans l’application et l’absence de bulles ou de défauts qui pourraient entraîner des défaillances dans l’étanchéité du joint.

De même, nous devons vérifier que le caoutchouc reste à l’intérieur du joint après le processus de stérilisation et qu’il ne s’extrude pas dans le joint (photo 3) ou à l’extérieur de l’emballage (photo 4) à la suite des processus de pressions et contre-pressions dans l’autoclave. Par stérilisation pendant au moins 60 minutes à 121°C (≅1 Atm).

Image de gauche : Sortie en caoutchouc vers l’intérieur.

Image de droite : Sortie en caoutchouc vers l’extérieur.

  • RÉSISTANCE CHIMIQUE : Nous devons évaluer le comportement du caoutchouc face à la vapeur et aux liquides qui peuvent l’affecter avant et après le scellement, comme la vapeur directe ou l’huile, avant et après un processus de stérilisation en autoclave pendant au moins 60 minutes à 121º C (≅1 Atm).
    Dans tous les cas, les différents tests auxquels sont soumis les bouchons pour le processus d’approbation des modifications doivent être effectués simultanément avec des bouchons aux spécifications habituelles, afin de comparer les résultats et de voir ainsi les améliorations ou les inconvénients que les modifications prévues peuvent entraîner.